mercredi 25 mars 2015

Innovation : 7 conseils inspirés des plus grands échecs et réussites pour réussir sa révolution numérique

Face à un internaute plus exigeant, qui demande plus d’autonomie et d’interactivité, les entreprises ne doivent plus se contenter d’adapter la vente de leurs services au numérique. On est confrontée à une évolution numérique. Et aucunement une révolution.

On est loin des chamboulements tant vantés. Suite à l'analyse des secteurs frappés de plein fouet par le numérique (banques, medias...) et l'analyse de leurs plus grandes réussites et de leurs plus grands échecs, voici 7 conseils à suivre pour enfin réussir sa révolution numérique en mettant l'innovation au cœur de son action !


Conseil n°1 : s'appuyer sur les usages et pas seulement sur la technologie

On prend le train de la technologie sans s’arrêter sur les usages et les contextes pour révolutionner le secteur. Certes, si le numérique nous appris quelque chose, c’est « try and learn ». Mais en parallèle, rien n’empêche d’étudier les cibles, les (nouvelles) pratiques (planning stratégique) et analyser en profondeur les actions couronnées de succès mais surtout celles qui ont échoué et ajuster le tir.


Conseil n°2 : ne pas miser sur un seul axe d’innovation

Les entreprises doivent s’inviter partout, partout où se trouvent le lecteur/le client et trouver des alternatives quand ils ne peuvent pas l’atteindre. Ils doivent donc réinventer leurs formats notamment face au dictât du court, de l’interactivité, du besoin d'autonomie et du multimedia (application, podcast, webtv, réseaux sociaux, replay, on demand, IRL, etc).

Tout doit être mis en place pour innover de plusieurs façons et sur différents sujets en fixant évidemment des priorités. Nous en sommes en terrain expérimental et on ne sait lequel va vraiment aboutir.


Conseil n°3 :  considérer l’internaute comme une ressource supplémentaire #crowdsourcing

L’échange avec le grand public n’est plus secret et fait place à une interactivité exhibitionniste que ces 2 secteurs ont bien compris (exemple : mise en place SAVsur Twitter). Il faut miser sur le relationnel.

Il ne faut pas hésiter à donner la main à l’internaute et ne plus en voir juste comme un prospect, une critique potentielle ou  une concurrence non professionnelle (blogueurs, curateurs, etc.). Il faut l’apprivoiser, l’« intégrer à ses effectifs » pour en faire un ambassadeur, une force à l'instar de NewsRing. Il doit même prendre le contrôle en toute transparence ( « je suis ma banque », « replay », etc.).

Conseil n°4 : relier le on et off line de façon pertinente, créer des passerelles

Surtout, il faut oser. Oser sortir des sentiers battus en pensant et repensant sa chaine de création, son métier voire même son cœur de métier. Les frontières entre service et compétences ont explosé (data journaliste, conseiller digital) comme le on et off line.

Conseil n°5 : créer des symboliques autour des usages recherchés (comme Apple) donc communiquer (et accompagner au changement) pas simplement innover. L’utilisateur du service ou produit doit s’approprier le service ou le produit, créer un lien avec lui notamment en brisant les codes, les mauvaises images.

Conseil n°6 : utiliser les « Big » data pour un conseil renouvelé, un contenu personnalisé

En personnalisant le conseil et le contenu comme jamais auparavant grâce à l'exploitation de milliers voire millions d’informations dont disposent les entreprises sur leurs clients et internautes et du data marketing (le bon message au bon moment), les actions peuvent être plus impactantes tout comme les innovations. 

Conseil n°7 : ne surtout pas rester sur ses acquis

Il faut évoluer en permanence, être flexible. Ce n’est pas qu’une innovation a fonctionné qu’il faut en rester là car d’autres pourraient être plus innovants et vous rendre rapidement obsolètes.  La remise en question doit être permanente. 


L’évolution numérique est là. La révolution va certainement finir par arriver même si de nombreux défis restent à relever (éthique des données, sécurisation de données, real time et le "on demand"...).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

google-site-verification: google54bbe17b2c2e41bf.html google-site-verification: google54bbe17b2c2e41bf.html