lundi 6 juin 2011

Rédiger un cahier des charges : êtes-vous sûr de votre modèle ?

Cahier des charges ? « Déjà vu », « sais faire », vous me répondrez. Vous en voyez passer tous les jours ou votre agence vous en a parlé mais beaucoup de projets s’appuient sur des ersatz de cahier de charges annonçant les catastrophes, le manque de rigueur du projet. Pourtant, il est le cœur névralgique de votre projet.

Il se définit comme un réel outil stratégique pour réussir votre site web et vous permettre une analyse fonctionnelle pertinente. Le cahier des charges permet de poser noir sur blanc, les étapes à suivre, cadrer, planifier chaque étape du projet, anticiper, faire preuve de créativité et de méthodologie. Le cahier des charges permet de dessiner les grandes lignes de votre projet, vous évitant ainsi d'avancer dans le brouillard.
copyright st3to
L’important est d’avoir une vision transversale du projet. Les conseils qui vont suivre sont des grandes lignes à suivre qu'il faut adapter à chacun de vos projets pour faire un cahier des charges pertinent.

Modèle et contenu du cahier des charges
Votre cahier des charges doit comporter 4 parties centrales  : la partie stratégie, éditoriale, technique, marketing, auxquelles il faut ajouter les contraintes du projet et une phase de planification et de définition du budget.

La partie stratégique repose sur le contexte. Il ne faut pas hésiter à faire un mini benchmark de la présence de l’entreprise on line (ancien site, etc.) et de la concurrence, voire un petit audit de la façon dont la marque est perçue sur le web pour retranscrire au mieux les valeurs appréciées par les internautes ou essayer de répondre aux retombées négatives, le tout en accord avec la stratégie globale de la marque.

La partie éditoriale s’intéresse à la stratégie éditoriale. Elle met en avant le message (quelle sorte de messages on veut faire passer ? Comment (texte, multimédia, etc.)?  Sur quel ton ? Et la façon dont on veut organiser le contenu, l’arborescence, rubriquage, le zoning, la navigation, l’ergonomie (par exemple : en s’appuyant sur l’eye tracking, on mettra à gauche tous nos messages importants, on évitera d’utiliser des couleurs qui font « mal aux yeux », de multiplier les rubriques et les niveaux de catégories, etc.).

La partie technique permet de mettre en place toute la stratégie et l’aspect éditorial. Elle préconise quel langage utilisé, les modules nécessaires pour répondre aux fonctionnalités requises, la nécessité ou non d’un recours à un CMS, la stratégie de noms de domaine à développer, l’hébergement, la maintenance, la charte graphique, etc.

La partie « marketing » vient à la fin dans le cahier des charges  mais en réalité, elle est pensée et mise en place dès le départ du projet. Le référencement naturel est un bon exemple de cette réflexion. En effet, ce dernier doit être établi dès le départ notamment dans l’aspect technique, la définition des mots-clés pertinents pour la rédaction du contenu et la mise en avant via le wording du menu, l’intitulé des images, etc. Le Social Media Optimization (SMO) c’est-à-dire comment diffuser et socialiser mon contenu via les réseaux sociaux entre aussi dans cette logique. Je le mettrais bien dans la partie éditoriale car il faut lui trouver une place dans le zoning (bouton « tweet this » « Like », « Add this », etc.). Le contenu doit aussi être conçu pour qu’il soit partageable sur les réseaux sociaux.

Plan pour rédiger un cahier des charges
Chaque partie dépend de l’autre, d’ailleurs certaines se recoupent. L'objectif est de fournir un exemple type pour vous donner les bases qui vous serviront de modèle à vos spécifications fonctionnelles.

Partie stratégie
1. Rappel de la demande et expression du besoin
2. Contexte : enjeux, cibles, objectifs, positionnement de l’entreprise, stratégie « marketing » globale
3. Benchmark et audit
4. Stratégie du projet issue des 3 points ci-dessus : positionnement web, cibles, objectifs

Partie éditoriale
1. Définition des messages à faire passer, priorisation des différents messages ainsi que leurs formats.
2. Organisation du contenu (arborescence, rubriquage, zoning, navigation, ergonomie , etc.)

Partie technique
1. Langages de développement/CMS
2. Charte graphique
3. Stratégie de NDD
4. Mise en place de suivi statistique, d’outils de tracking
5. Hébergement

Partie marketing
1. Search Engine Optimisation : SEO (référencement naturel, SEM,etc.)
2. Social Media Optimisation : SMO
3. Display, affiliation
4. Partenariats
5. Emailing puis Newsletters
6. Communiqués de presse on line
7. Buzz viral
8. Stratégies sociales (Facebook, Twitter, Blogs, relations forum, Plateformes vidéos, etc.)
9. Etc,

Partie contraintes :
1. Budgétaires
2. des délais
3. Techniques
4. Juridiques
5. Humaines
6. Autres contraintes

Déroulement du projet
- Planification représentant toutes les différentes étapes/tâches qui seront réalisées sur un calendrier et les ressources humaines qui y seront allouées
- Budgets

N’hésitez pas à compléter cette méthodologie de cahier des charges ! Vos commentaires sont les bienvenus.

2 commentaires:

  1. Une bonne piqûre de rappel n'est jamais inutile! bon article Latifa!

    RépondreSupprimer
  2. Merci Daniel pour votre commentaire. L'objectif de cet article est également de permettre aux personnes qui se lancent sur le web d'avoir les clés d'un bon cahier de charges

    RépondreSupprimer

google-site-verification: google54bbe17b2c2e41bf.html google-site-verification: google54bbe17b2c2e41bf.html